Environnement : abeilles contre pollution

A chaque sortie quotidienne, l’abeille rapporte à la ruche du pollen, mais aussi quelques traces de polluants fixés sur son petit corps. Une expérience inédite de mesure des taux de pollution dans l’air grâce aux abeilles a été mise en place par l’Inra. Première étape: évaluer la teneur en pollution d’une zone très polluée. En mai dernier, dans la région de Saint-Michel-Sur-Orge (Essonne), trois ruches de 60 000 insectes ont été placées dans trois endroits stratégiques: en bordure d’autoroute, près d’une décharge et dans un endroit artificiellement enfumé. Un millier d’abeilles ont ensuite été prélevées et analysées par des chimistes de l’université de Bordeaux. « Nous pistons des produits stables, comme les hydrocarbures et les métaux lourds; nous sommes certains de pouvoir les retrouver sur le corps des abeilles ou dans le miel qu’elles fabriquent », explique Mina Pham-Delègue, de l’Inra.

Autre avantage : les abeilles balayent une zone très large autour de leur ruche. « Quelques insectes remplacent des dizaines de capteurs. 1> S’il fait ses preuves, ce dispositif biologique et peu coûteux pourra être mis en place sur l’ensemble du pays, puisqu’il existe des ruches un peu partout en France. « A terme, nous espérons pouvoir réaliser une cartographie précise de la pollution du territoire français, grâce aux abeilles. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *