Sergent pépère

Il n’avait pas tourné depuis dix ans. Un bail… Et puis, au printemps 2002, Paul McCartney a repris la route pour une soixantaine de dates américaines. Une résurrection scénique matérialisée dans le DVD Back In The US dont France 2 nous livre quelques extraits. Mais, faute de moyens, de confort moderne et de patience, il m’est impossible d’en parler. Car, 1) je ne suis jamais allée aux Etats-Unis, 2) je n’ai pas de lecteur DVD, 3) j’étais au concert de Bercy et la perspective de me retaper trois heures de McCartney à la télé la même semaine me semblait franchement casse-couilles. Je savais aussi que ce show parisien serait la copie conforme des précédents.

Vers 20 h 30, les lumières de l’affreux Palais omnisport s’atténuent, et une dizaine d’acrobates consternants, vêtus de costumes du XVIIIe siècle, investissent la scène. « On s’est trompés, c’est Rondo Veneziano ! », ricane mon voisin de gauche. A 21 heures, il arrive enfin. Le démarrage sur Hello Goodbye me fait penser que j’ai de la chance. Ce n’est pas tous les jours qu’un Beatle chante les Beatles … Toute la journée, j’ai tressailli d’excitation. Trop de désir tue le désir. Une petite envie, certes, de battre la mesure avec Getting Better, de fredonner Carry That Weight, un léger frisson pour Blackbird en acoustique, une drôle de sensation à l’écoute d’Eleanor Rigby, ainsi qu’un petit sourire durant l’indécrottable Hey Jude … Mais sûrement pas la grande claque émotive à laquelle je m’attendais. Sapé comme un papy, démago à souhait {« Bonjour la France, on est copains ? »), McCartney suinte le vieux pro de la scène jusqu’au bout des ongles. Le public est ravi et les Beatles, si loin … C’est paradoxalement sur ses propres compositions – Coming Up, Lonely Road, Here Today. .. – et surtout celles des (pas si chicken que ça) Wings, avec un orgasmique Band on The mn, que je l’ai enfin trouvé sincère. Trois heures plus tard, Sgt. Pepper viendra clôturer l’événement en beauté. Mauvaise foi mise à part, franchement, y’a pire comme soirée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>